Comment fait-on du rosé en Provence ?


On vous dit tout sur les secrets de fabrication d'un bon vin rosé Côtes de Provence !

Nous l'avons déjà tous entendu "Le rosé provient du mélange entre du vin rouge et du blanc". Que ce soit sous forme de question ou d'affirmation, cette croyance populaire a la vie dure mais elle est bien évidemment fausse ! Le rosé originel reste un vin à part entière.

Mais alors d'où tire-t-il sa couleur rosé si délicate et attirante ? Notre vignoble varois vous livre tous les secrets du vin rosé !

Rosé de Provence : Zoom sur une couleur délicate et difficile à obtenir!

Pour bien comprendre comment naît la couleur d'un vin rosé, il faut d'abord savoir que les pigments naturels qui colorent le vin sont concentrés dans la peau des raisins noirs.

Le secret de sa couleur, de ses arômes, de son élégance réside dans cette intimité soigneusement maîtrisée entre la pulpe et la peau des raisins noirs.

La cuvaison doit être assez longue pour que les pigments rouges donnent au vin sa robe rosé mais pas trop pour que les tanins ne lui retirent pas son élégance et sa souplesse. Tout l'art du vigneron provençal consiste donc à maîtriser cette cuvaison délicate qui ne dure parfois que quelques heures.

Comment élabore-t-on la couleur d'un rosé de Provence aux Arcs ?

Dans le Var et dans les autres départements de Provence, un bon rosé est élaboré selon une certaine tradition. Pour obtenir la couleur rosé qui fait le succès de ce vin si apprécié notamment pendant les beaux jours de l'été, il faut respecter certaines étapes cruciales.

C'est cette succession d'actions rigoureuses qui offrent au vin non seulement sa couleur délicate mais aussi son arôme si frais et particulier.


1ère étape : L’éraflage ou l'art d'éliminer les rafles et d'égrapper le raisin


Lorsque la vendange de raisins noirs arrive au chai, on procède à l'égrappage. Cette étape consiste en la séparation des baies (grains de raisin) de la rafle (partie ligneuse de la grappe). Cette action permet de ne garder que les baies sans apporter au vin un goût végétal ou herbacé amer peu apprécié à la dégustation.

Sans brutalité l'égrappage est effectué pour obtenir un nectar de baie délicieux.


2ème étape : Le foulage des baies



Après l'éraflage place au foulage !

Une fois les baies récupérées, elles sont alors foulées. C'est la première opération de vinification qui était réalisée aux pieds autrefois. Aujourd'hui nous avons des machines qui permettent d'effectuer un foulage uniforme et proche du foulage de raisins traditionnel.

Les baies de raisin éclatent et libèrent la pulpe, la peau, les pépins et le jus de raisin. Cet ensemble se nomme le moût.

Pour créer le rosé nous avons ensuite le choix entre deux techniques relevant d'un savoir-faire élaboré.

1 / Le vin Rosé de Saignée (macération)

Le moût va alors macérer dans une cuve entre 2 h et 20 h à une température contrôlée allant de 16 °C à 20°C. Ainsi les pigments et les arômes contenus dans la pellicule du raisin se mélangent au reste.

On presse alors le moût pour séparer la partie solide appelé marc (peau, pépin) du jus que l'on met seul à fermenter à basse température (18 à 20°C) pour préserver au maximum les arômes. Contrairement au vin rouge, c'est cette courte macération pelliculaire qui donne sa couleur et ses arômes au vin rosé.

Avec cette méthode les vins de couleur rosé qui en sortiront auront une couleur assez soutenue (framboise, groseille), d’une belle complexité aromatique et bénéficiant d’une grande ampleur en bouche.

Exemple de vin rosé de saignée : Notre vin cuvée Baptiste 2018

2 / Le vin Rosé de pressurage direct

Autre technique pour obtenir un beau vin rosé : le pressurage direct.

Cette technique consiste à presser directement les grappes entières ou éraflées et de mettre immédiatement le jus clair à fermenter. Ces vins rosés de couleur souvent assez claire (saumon, chair) seront d’une grande finesse aromatique et d’une grande légèreté.

Exemple de vin par pressurage direct : Notre vin cuvée Marie 2018


Le nuancier des vins rosé de Provence :



Pêche, melon, mangue, pomelo, mandarine ou groseille… Non on ne vous parle pas de fruits mais bel et bien du nuancier des différentes couleurs des rosés de Provence. Ces noms sont les 6 principales couleurs des rosés de notre territoire et elles sont classées par ordre de préférence des consommateurs. Ce nuancier est un référentiel, utile pour les producteurs comme pour les consommateurs, qui permet de qualifier précisément la couleur d'un vin rosé.

Vous l'aurez compris, contrairement aux idées reçues, le vin rosé demande un vrai savoir-faire pour obtenir un cru de qualité, plein de saveurs et de délicatesse. Pour vous aider à y voir plus clair, le Château Saint Pierre vous propose de venir déguster ses vins rosés directement au domaine !

Visitez notre domaine viticole


Et pour ceux qui comprennent mieux en image voici une Infographie sur le processus complet de fabrication du rosé


Découvrez nos vins rosés élaborés directement dans notre vignoble des Arcs près de Draguignan, Lorgues et Le Muy. Notre équipe de passionnés vous attend sur le domaine familial pour vous faire découvrir nos différentes cuvées blancs, rosés et rouges.